Que faire avec Blake Griffin dans la reconstruction des Pistons ?

La situation actuelle de Detroit est une crise que personne n’avait vu venir. La construction entamée par la draft de Drummond, renforcée avec les transferts de Jackson et de Griffin, est arrivée dans une impasse. Alors que le pivot est plus que jamais sur le départ, et que le meneur est en fin de contrat cet été, il reste un an demi de contrat, avec une player option en plus, à l’ancienne star des Clippers. Analyse d’un joueur fantastique à l’avenir incertain dans le Michigan.

Blake Griffin aux Pistons : deux années en montagnes russes.

28 janvier 2018, la date de l’arrivée de Griffin. En échange de Tobias Harris, Boban Marjanović, Avery Bradley et le first round pick de la Draft 2018, l’ailier fort débarque dans le Michigan, avec beaucoup d’attentes. Dans une équipe de Detroit luttant pour la huitième place, et sans véritable leader, son arrivée semblait miraculeuse. En plus, la raquette avec Andre Drummond aurait le potentiel pour être une des meilleures de la ligue. Blake ne participe qu’à 25 matchs, pour 58 sur l’ensemble de la saison, mais était en 20/6/6 lorsqu’il jouait. Bref, Playoffs 2018, pas de Pistons, pas de cap disponible l’été, mais des rêves, et une équipe un minimum compétitive.

2018/19. Beaucoup d’espoir pour l’équipe, menée donc par une raquette archi dominante, mais avec quelques lacunes sur la ligne arrière. Dès le début de saison, on sent que Blake s’impose comme le leader, le franchise player de l’équipe, par exemple avec son match à 50 points fin octobre, avec le game-winner en prime face aux Sixers. Une saison pleine, 75 matchs, une sélection indiscutable au All-Star Game de Charlotte, sa meilleure saison statistique en carrière (25/7/5), et une huitième place synonyme de playoffs. Bien qu’elle fut marquée par une blessure à la toute fin, cette saison fut exceptionnelle pour Griffin. Et ses Playoffs. Certes, le sweep infligé par les Bucks est là, mais le retour de l’ailier fort, sur une jambe, pour les matchs 3 et 4, contre l’avis des médecins, montre la dévotion du joueur, et le rôle qu’il détenait dans cette équipe qui était pleine de promesses.

Sauf que tout ça a été remis en question depuis. Aujourd’hui, et depuis le début de la saison, Quake n’a joué que 15 matchs, où il n’a été que l’ombre de lui-même. Les blessures sont revenues, et sa saison est déjà finie. L’équipe n’a pas réussi à confirmer. La reconstruction est annoncée, et les rumeurs sur Drummond et Rose, entre autres, paraissent fondées. Pour Blake, pas de nouvelles, on ne sait pas encore ce que le front office va décider, que ce soit un transfert ou pas, sachant que son contrat max n’est pas fini cet été. Voyons donc ce qu’on peut imaginer pour le poste 4.

Y a-t-il des intérêts à garder Blake Griffin dans l’effectif ?

Peu importe le niveau affiché par l’ailier fort, il reste intrinsèquement le joueur le plus talentueux de l’effectif. Indiscutablement All-Star quand il n’est pas blessé, il fait partie des meilleurs postes 4 de la ligue. Néanmoins, il paraît difficile de construire autour de Griffin. Aux Clippers, le FP (franchise player) était Chris Paul, Blake étant seulement le lieutenant de luxe du Point God. A Detroit, il s’est vu confié les clefs du camion. Tout seul, avec un seul All-Star potentiel à ses côtés : Andre Drummond. Or, ce dernier est sur le départ, et le management souhaite reconstruire avec des jeunes joueurs. Donc la question de la place de Quake dans cet effectif se pose, car celui-ci est jeune, et ne peut jouer sérieusement les Playoffs à court-terme.

Avec ses problèmes de blessures, et son contrat max, l’ancien Clipper commence à coûter cher aux Pistons. Mais le principal intérêt de le garder dans l’équipe est évident : son expérience. Un joueur d’un tel calibre, qui pourrait former Sekou Doumbouya et Christian Wood par exemple, entraînerait une montée en puissance des jeunes ailiers forts, s’il prenait ce rôle à cœur. On peut en douter, car Griffin est toujours un excellent joueur, qui doit vouloir être un leader sur le terrain.

Tenter une reconstruction autour du numéro 23 alors? Pourquoi pas? Le fait est qu’il lui reste seulement deux ans de contrat, et qu’on peut considérer que son prime est bientôt fini. Donc cela serait un coup de poker qui prendrait part seulement la saison prochaine, ce qui semble donc ne pas être la solution la plus avantageuse pour les Pistons. Ainsi, le trade semble donc inévitable.

Comment trader Blake Griffin, et qu’attendre en retour ?

Dans l’hypothèse d’un transfert de Griffin, on peut s’attendre à recevoir le même genre de contreparties que celles désirées pour Drummond, c’est à dire des contrats expirants, des jeunes joueurs et quelques picks. S’il venait à quitter le Michigan, Detroit se retrouverait avec un cap-space permettant de signer deux contrats au maximum cet été, que ce soit pour essayer d’attirer des superstars, ou alors des vétérans talentueux pour encadrer les jeunes.

Mais le problème est, qui veut du ROY 2011? Ses fragilités physiques, son niveau de jeu en baisse, et son contrat très cher ne vont pas donner envie à toutes les franchises, ou alors les Pistons devront encaisser des contrats lourds également, quitte à perdre en niveau de joueurs. Peu de rumeurs ont circulé à propos de Griffin dernièrement, c’est pourquoi un trade semble complexe à l’heure actuelle. Mais le sérieux du joueur, ainsi que son niveau intrinsèque qui reste bon, peuvent tant bien que mal attirer des franchises soucieuses de faire passer un cap à leur équipe, comme on peut le voir avec un Kevin Love aujourd’hui.

Néanmoins, Detroit devra probablement se séparer de jeunes prometteurs, ou des joueurs avec un profil intéressant, Langston Galloway par exemple, voir même de futurs picks pour trader l’ancien Clipper. A voir ce que la franchise pourrait obtenir en retour, si le plan est une reconstruction rapide, ou plus lente, comme l’ont fait les 76ers au début de la décennie.

Malgré l’exceptionnelle saison de l’année passée, Blake Griffin ne semble plus être en odeur de sainteté dans le Michigan. Les plans de l’équipe semblent être tournés vers le tanking, vers une reconstruction, un allègement salarial. Bien qu’indiscutablement excellent lorsqu’il joue à son niveau et en pleine forme, l’histoire d’amour parait être révolue dans le Michigan. Il ne reste qu’à voir où il finira, ou comment cela se passera s’il reste à Motor City.

Source image : getty

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :